La stèle commémorative au Père-Lachaise

Il faisait très beau à Paris, ce matin dimanche 26 novembre 2006, lors de l'inauguration de la stèle dédiée aux déportés du convoi 73.

Quelque trois cents personnes s'étaient rassemblées au cimetière du Père-Lachaise pour participer à cette cérémonie, venant surtout de Paris et de la région parisienne, mais aussi d'autres régions de France.


Bertrand Delanoé, Maire de Paris, indisponible puisqu'il assistait au congrès d'investiture de Ségolène Royal comme candidate pour la présidentielle de 2007, s'était fait représenter par Anne Hidalgo, Première Adjointe, et Odette Christienne, Adjointe chargée de la Mémoire, du Monde Combattant et des Archives.

Étaient également présents Yves Contassot, Adjoint au Maire de Paris chargé de l'Environnement et des Espaces verts ; Michel Charzat, Député Maire du 20e arrondissement de Paris ; Serge Klarsfeld, président de l'association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France ; Simone Veil, dont le père et le frère ont été déportés avec le convoi 73.

Les personnalités présentes prononcèrent chacune une courte allocution. Ce fut tout d'abord Michel Charzat, en tant que maire du 20e arrondissement. Puis Louise Cohen, présidente de l'association dédiée au convoi 73, et Anne Hidalgo. Serge Klarsfeld rappela qu'il avait été, en 1993, le premier organisateur d'un voyage de la mémoire qui passait, entre autres, par Tallinn et Kaunas, où il avait fait apposer une plaque commémorative. Il oublia cependant de préciser qu'une très belle plaque fut ajoutée par les familles et amis des déportés du convoi 73, en 2002, et qu'en 1998 un petit groupe de familles de déportés du convoi 73 avaient inauguré une autre plaque mémorial, à Praviéniskès, ce site lituanien où ont été fusillés de nombreux déportés du convoi 73, et qu'aucun historien, aucune famille, ne connaissait jusqu'alors.

Simone Veil prit également la parole en rappelant que son père et son frère ont été déportés par le convoi 73, tandis qu'elle-même, sa mère et ses soeurs étaient déportées par deux autres convois. Seules ses soeurs et elle-même devaient rentrer des camps nazis après la guerre. En terminant son discours, Simone Veil critiqua le succès médiatique remporté récemment par l'ouvrage Les Bienveillantes, regrettant qu'il soit moins facile aux survivants de la Shoah de se faire entendre. Après quoi la stèle fut découverte par Simone Veil, entourée des personnalités ci-dessus, et des deux survivants du convoi 73, Simon Futeral et Henri Zajdenwergier.

Le rabbin Lemesle prit ensuite la parole en rappelant la symbolique de la pierre, symbole d'éternité, avant de réciter les prières d'usage.

Abritée par un arbre, à côté d'un des murs du cimetière, la stèle se dresse sur un emplacement remarquable, sur un petit tertre engazonné d'où l'on domine le cimetière.

Seuls parmi tous les convois de Juifs déportés de France, les déportés du convoi 73 ont désormais leur stèle commémorative individuelle, située à côté des autres monuments-mémoriaux de la déportation dédiés aux camps nazis:

Oranienburg- Sachsenhausen
Mauthausen
Auschwitz-Birkenau
Buna-Monovitz et d'Auschwitz III
Buchenwald-Dora
Natzweiler- Struthof
Dachau
Neuengamme
Ravensbrück
Flossenburg
Bergen-Belsen


© Éric et Dominique Blum - 1 Jan 1970